24 mars, ni chair à patron ni chair à matraque

12642637_1096076477079102_4391877652896580897_n

Le jeudi 24 mars, ce sont encore 150 000 personnes qui descendent dans la rue. Le 22 mars, les étudiant-e-s, lycéen-ne-s et précaires de Rennes avaient manifesté sauvagement le soir après avoir bloqué la gare, réprimé-e-s par la police. Idem le 23 mars à Tolbiac (Paris 1), manifestation sauvage contre la répression également réprimée. Le 24 mars, dans toute la France, le même scénario se répète : répression tout azimut avec des ordres clairs depuis les plus hautes instances de l’Etat pour taper vite et fort. A nouveau, des blessé-e-s par dizaines. A nouveau, des arrestations par dizaines. Volonté de dissuader et de terroriser avant la grande journée du 31 ? Les images amateurs du jeune lycéen de 15 ans du lycée Bergson tabassé par des CRS à Paris a fait le tour du web au point de provoquer une enquête de la police des polices. Ceci ne suffira pas à calmer les ardeurs et la légitime colère : par solidarité, les lycéen-ne-s du lycée Bergson vont attaquer le commissariat du 19e arrondissement et celui du 10e à Paris le vendredi 25 mars.

Ce jeudi 24 mars, la répression généralisée et systématique provoque parfois des affrontements. Des cortèges entiers se défendent contre la violence policière et commencent à s’équiper défensivement de banderoles renforcées, de casques, de lunettes de protection contre les gaz, pour contenir la férocité de la répression et lui répondre. A Paris, où des milliers de personnes scandent « ni chair à patron ni chair à matraque, les étudiants contre-attaquent », mais aussi à Rennes et Nantes, ce sont donc de violents affrontements qui éclatent entre manifestant-e-s et police. Dans la matinée du 24 mars, des étudiant-e-s et salarié-e-s bloquent une entrée d’autoroute à Toulouse. A Rouen et au Havre, des milliers de dockers en grève rejoignent les cortèges de jeunesse après avoir paralysé les ports et érigé des barricades de pneus enflammés sur les axes routiers qui « bloqueront » les villes. La mairie du 18e arrondissement à Paris est occupée par des syndicalistes. A Lyon c’est le siège de France3 qui est occupé, suite à plusieurs charges policières sur les cortèges lycéens puis sur la place Guichard pour empêcher une AG en plein air. A Besançon, la police a chargé, gazé et matraqué copieusement le cortège étudiant et lycéen, avec plusieurs arrestations dont trois personnes maintenues en garde à vue (dont le secrétaire général départemental de la CGT et un autre militant avec pour chef d’inculpation « violence et rébellion »). A Marseille, la police charge et gaze un cortège qui tente d’envahir la gare. A Rouen, le local du PS est vandalisé. A Grenoble, la police charge et gaze le cortège. A Strasbourg, un cortège sauvage de 500 personnes envahit le patio de l’université de Strasbourg en fin de manif pour y tenir une AG sauvage de convergence des luttes, d’où découlera un « appel à la grève générale jusqu’au retrait de la Loi Travail ».

Appel de Strasbourg à la grève générale pour le retrait de la « loi Travail »
Nous, 400 lycéen-ne-s, étudiant-e-s, personnels, sans-emploi, précaires, salarié-e-s du public et du privé, réuni-e-s en Assemblée générale unitaire le 24 mars 2016, à l’Université de Strasbourg :
1. condamnons les violences policières commises sur tout le territoire français et en particulier sur les campus universitaires ;
2. exigeons l’abandon des poursuites pénales contre les manifestant-e-s ;
3. demandons la levée immédiate de l’état d’urgence qui sert de prétexte à la répression des mouvements sociaux ;
4. exigeons l’abandon du projet de déchéance de nationalité ;
5. dénonçons les sanctions contre les lycéen-ne-s et exigeons leur abandon ;
6. demandons le droit de grève pour les lycéen-ne-s ;
7. demandons le passage de la durée du temps de travail à 32h hebdomadaire ;
8. exigeons le retrait sans condition de la « Loi Travail ».
Nous appelons tous les étudiants et personnels de l’université, les salariés du public et
du privé, à se mettre en grève générale jusqu’au retrait de la « loi Travail ».
Strasbourg, le 24 mars 2016

Durant la journée du 24 mars, ce sont 10 000 personnes dans la rue à Rennes et à Paris, 8000 à Nantes, 7000 au Havre dont 2000 dockers, 6000 à Toulouse, 4000 à Lyon, 3000 à Marseille, 1000 à Strasbourg, etc. Dans la soirée du 24 mars, 13 personnes sont arrêtées à Villeurbanne alors qu’elles étaient en train de murer un local du PS, tandis qu’à Rennes plusieurs cortèges sauvages tentent d’occuper la place du Parlement, entraînant une répression dure. Dès le 25 mars, à Nantes, un manifestant de 19 ans a été condamné à deux mois de prison ferme et deux mois de révocation de sursis pour participation à un attroupement. Il est parti en détention.

Il est à remarquer le rôle décisif de la BAC dans la répression en France. Entre le printemps 2006, le mouvement « anti-CPE », l’automne 2010 et le mouvement pour les retraites, la BAC avait un rôle secondaire. Depuis quelques années déjà, notamment depuis le contre-sommet de l’OTAN à Strasbourg en 2009, la BAC est progressivement devenue le fer de lance du rouleau compresseur répressif. Rejeton de la police coloniale, la BAC est une brigade d’intervention brutale et rapide, qui intervient par groupes très mobiles et peu équipés, qui vont au contact au cœur des cortèges de manifestant-e-s. Désormais, on peut voir des groupes de 60 BACeux charger des cortèges pour semer la terreur en intervention éclair et arrêter des têtes ciblées en amont. Il est essentiel de se prémunir davantage contre ces vautours et d’adapter notre autodéfense à ces nouvelles tactiques répressives.

La semaine prochaine sera la semaine cruciale qui déterminera la suite du mouvement, notamment la grande journée de grève générale du jeudi 31 mars, qui devrait être le point de départ d’un mouvement de grève générale reconductible. Contrairement aux dires des médias bourgeois, le mouvement de la jeunesse continue de s’organiser et de descendre dans la rue malgré la terreur policière, et des dizaines d’universités sont occupées.

En vue des semaines de lutte à venir, voici quelques liens et articles intéressants :

Article « Cette CGT n’est pas la mienne », signé par « un syndicaliste CGT énervé » :

https://paris-luttes.info/cette-cgt-n-est-pas-la-mienne-5156

Deux articles prônant l’autodéfense en manifestation, « Idées pour se protéger contre les violences policières en manifestation » (qui développe l’idée de boucliers) et « pourquoi nous sommes casqué-e-s » :

http://rebellyon.info/Idees-proteger-contre-les-violences-15974

https://paris-luttes.info/pourquoi-nous-sommes-casque-e-s

Intensifions le rapport de la force dans la rue et par la grève.

Mouvement Anarchiste Révolutionnaire

12472416_1007232586025196_3985661681387725244_nTolbiac la Rouge, rouge du sang des étudiant-e-s versé sous la matraque

10421117_985719448130895_4890687520302966068_n

Nantes

12891764_985719924797514_1227958381171446072_o

Nantes

12006190_985720174797489_3000282166448992233_n

Nantes

12885955_985720014797505_4567770754518955299_o

Nantes

HAVRE

Le Havre, 2000 dockers rejoignent le cortège étudiant et lycéen

LE HAVRE

Le Havre

2019912230_B978207951Z.1_20160324205620_000_G476FAFE9.3-0.jpg

Lille

12027731_1711563952390452_5231449864947939975_n

Paris

12419340_1007287389353049_6972219791744315603_o

Paris

12718209_470778846446303_6023281575249623473_n

Paris

Echauffouree-entre-police-manifestants-lors-manifestation-etudiants-contre-projet-travail-24-mars-2016-Paris_0_1400_933

Paris

Plusieurs milliers d'étudiants et de lycéens ont défilé dans les rues de Paris de Place d'Italie aux Invalides. Certains manifestants ont ensuite organisé une manifestation sauvage qui s'est soldé par une quinzaine d'interpellations.

Paris

la-police-anti-emeute-sous-la-tour-eiffel-pendant-la-manifestation-contre-le-projet-de-loi-travail-a-paris-le-24-mars-2016_5570683

Paris

Plusieurs milliers d'étudiants et de lycéens ont défilé dans les rues de Paris de Place d'Italie aux Invalides. Certains manifestants ont ensuite organisé une manifestation sauvage qui s'est soldé par une quinzaine d'interpellations.

Paris.

tumblr_o4lhmtf11V1tb6vfgo8_1280

Rennes

CeUJv-oWIAULWsa.jpg large

Rennes

CALAIS

Calais

ROUEN

Rouen

VILLEURBANNE

Villeurbanne

MARSEILLE

Marseille

mar-seille

Marseille

TOULOUSE

Toulouse, sur l’autoroute

tou-louse

Toulouse, rocade bloquée.

mairie18eParis, occupation de la mairie du 18eme où est élue El khomri

Ly-on

Lyon, l’attaque de l’AG en plein air place Guichard

P1550034-1024x768

Strasbourg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s