[Brève] Avec des « amis » pareils, pas besoin d’ennemis – A propos du « blessé de Tolbiac »

Nous ressentons de la colère. Beaucoup de colère. Froide. Quel est le plus lamentable ? L’incapacité de la dénommée Leila, étudiante-de-Tolbiac-ayant-participé-à-l’occupation, de reconnaître son mensonge (car c’en est un) ? La défense à tout prix de l’inconséquence politique de la militante par ses « supporters » de tout ordre, sans autre objectif, semble-t-il, que de lui sauver la face à titre individuel ? Le refus généralisé dans le milieu militant (1) d’admettre la bêtise et la dangerosité d’une telle absence de responsabilité politique chez ces différents acteurs ? Pendant ce temps, on ne se préoccupe même plus de l’existence réelle ou fantasmée d’un blessé grave… Il est temps de mettre fin à la lamentable « Affaire du blessé de Tolbiac » !

Reprenons les choses :

– évacuation policière de Tolbiac ;

– rumeur d’un blessé grave « entre la vie et la mort » mettant directement en cause la BAC, relayée par Reporterre se basant notamment – nous le saurons plus tard – sur le témoignage de Leila, celle-ci ayant également été interviewée par Le Media. Dans cette vidéo, elle raconte de façon très détaillée et sans approximation ce qui relève d’un témoignage oculaire direct : « tête explosée », « flaque de sang », « CRS qui nous repoussent » (pour empêcher d’accéder au blessé), « camions de pompiers »… (récit assorti de termes propres au diagnostic médical : « hémorragie interne », « coma profond ») ;

– tous les réseaux se mettent en branle ; tension politique qui monte : les premières manifs s’organisent – car, il est logique qu’on fasse spontanément plus confiance en la parole militante que policière ;

– après plusieurs jours pendant lesquels différentes autorités nient toute éventualité d’une personne dans le coma, se posent de sérieuses questions sur les implications d’un tel mensonge d’Etat s’il était avéré. Chacun enquête et s’interroge : l’article de Marseille Infos Autonomes (2) et celui autocritique de Paris Luttes Info (3) remettent rigoureusement les points sur les i et exposent toutes les hypothèses et finalités d’une telle situation ;

– au final : Leila reconnaît n’avoir rien vu, donc avoir menti (soyons clair), se réfugiant derrière deux « vrais » témoins fantômes – ceux-là qui ont également été interrogés par Reporterre mais ne se sont plus manifestés depuis. Au lieu de s’excuser de s’être un peu emballée, elle se débat dans l’argumentaire vaseux du « oui mais non » ;

– comme si cela ne suffisait pas, de nombreux groupes et réseaux soutiennent la position indéfendable de Leila.

Parce que la mort d’homme sous le coup de la répression policière dans un mouvement social est évidemment quelque chose de particulièrement grave, cristallisant logiquement toutes les tensions politiques, parler de mensonge d’Etat peut sembler à propos, d’autant que la situation décrite est vraisemblable : que ce soit dans les zad ou dans les quartiers, dans les facs ou devant les lycées, la police tue et mutile.

Dès lors, à qui s’adresse Leila lorsqu’elle invente son histoire ? Au mouvement social ? A son propre individualisme dénué de toute responsabilité et malmené par la répression ? Au spectacle médiatique ? Aux mélenchonistes et à leur « radicalité » en carton ? Dans tous les cas, où sont la rigueur et la responsabilité ? Il s’agit de poser les bonnes questions : quel est l’enjeu de tout cela, les conséquences ? Comment en arrive-t-on à de telles situations au mieux grotesques, au pire effarantes ? Car cette situation est politiquement désastreuse, et on pouvait s’en passer.

L’inconséquence politique de Leila – incarnation momentanée du mouvement de par sa médiatisation – rejaillit sur tous, à commencer par les auto-médias (Paris Lutte Infos et autres indymedias) ; mais aussi et surtout, il s’agit là d’une véritable insulte à toutes celles et tous ceux qui prennent vraiment cher du fait de la police. Sans se placer dans le cadre de la recherche de la légitimité, une telle idiotie revient à donner le bâton à ceux qui font déjà leur possible pour camoufler la réalité de la brutalité policière et décrédibiliser les mouvements sociaux ainsi que leurs outils de lutte (manifestations, occupations, blocages, etc.) en leur permettant de tirer le constat que les « fake news » ne sont plus seulement réservés aux fafs, mais désormais également à la « gauche [dite] radicale ».

Pour résumer : dans ces moments-là, tout discours individuel porte de fait une responsabilité collective. Nier cette évidence ne peut que précipiter le désastre.

Il semble que cette polémique soit le point d’apothéose autant que le reflet de la pauvreté politique du « mouvement étudiant » du printemps 2018. Entre l’autoritarisme identitaire des particularistes qui dominent les débats, les dépolitisant et les décontextualisant au maximum parce que pris au piège de la valorisation capitaliste ciblant les « catégories sociales » ; et la suffisance des jeunes néo-appellistes qui se perdent dans le-blocage-pour-le-blocage sans aucune perspective ; entre l’hyper-formalisme ineffectif « anti-sexiste/anti-raciste/anti-spéciste/anti-validiste/… » ; et l’esthétique black bloc censée à elle-seule garantir la radicalité du conflit ; nous voilà au pied du mur, coincés par l’absence même de toute intelligence stratégique de lutte au profit, encore et toujours, de la forme vide de contenu. Le « radicalisme » se fait alors marchandise et la spectacularisation de la militance qui en découle va de pair avec l’hyperbolisation de toute conflictualité (on casse une vitre, c’est l’émeute ; on casse dix vitres c’est l’insurrection) et la désagrégation finale de ce qui pouvait persister de politique. Ces tendances hélas majoritaires ne peuvent dès lors être ce qu’elles prétendent : des alternatives sérieuses et réelles aux pratiques sclérosantes des léninistes arqueboutés sur leur(s) idéologie(s) ruineuse(s).

Il est temps de changer de cap.

(1) Nous relayons l’article salutaire de Nantes Révoltées intitulé « Crier au loup » qui fait à notre connaissance partie des rares exceptions : https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/photos/pb.294803323889181.-2207520000.1524743474./1670945972941569/?type=3&theater

(2) https://mars-infos.org/disparu-de-tolbiac-l-etat-3049

(3) https://paris-luttes.info/aucun-blesse-une-personne-dans-le-10058?lang=fr

Publicités

5 réflexions sur “[Brève] Avec des « amis » pareils, pas besoin d’ennemis – A propos du « blessé de Tolbiac »

  1. « neo-appeliste », non mais c’est un canular ou quoi? »le blocage pour le blocage » mais qui est allez chercher ces conneries? il aurais pus avoir la décence d’aller sur place plutot que de jouer les critiques parceque la c’est insultant pour les etudiant, et pour ceux qui entende faire de la critique un outil pratique. a chaque AG il était répété que le blocage n’était qu’un moyen, c’est grotesque. les limites du black bloc, tout le monde on est conscient, faut arréter de faire les lumiéres qui n’éclaire personne… faut arréter de faire peser des problèmatiques qui dépasse largement le mouvement étudiant, aux simples étudiants, elle est là la pauvreté politique…

    Extrémement deçu de ce textee du M.A.R qui m’a habitué a bien mieux

    J'aime

    • Il n’est pas spécifiquement question de Tolbiac dans ce paragraphe ; il est question de certaines dynamiques à l’œuvre au sein du mouvement. Qui hélas, nous persistons, ne sont pas minoritaires. Sans revenir sur l’accusation d’une critique qui serait suffisante et déconnectée, il suffit de considérer les interventions en AG et « comité de mob », les textes, conférences et interviews, ainsi que les diverses actions organisées pour se rendre compte du fait que la question de l’objectif commun et des stratégies de lutte qu’il implique est proprement et quasi systématiquement mise de côté. Les perspectives réformistes, corporatistes et/ou identitaires côtoient et se mélangent étrangement aux revendications « radicales », « communistes » – cf. « Commune Libre de Tolbiac » par exemple – voire « révolutionnaires » dans un grand maelstrom sans queue ni tête. Ce mouvement étudiant ne permet aucun « débordement » effectif des catégories (« étudiante » notamment) : il ne s’inscrit pas dans un rapport de force, il ne fait que le mimer.

      J'aime

  2. Pingback: « Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce  le 28 avril 2018  | «Les oiseaux de la tempête

  3. Il semble que cette polémique soit le point d’apothéose autant que le reflet de la pauvreté politique du « mouvement étudiant » du printemps 2018. Entre l’autoritarisme identitaire des particularistes qui dominent les débats, les dépolitisant et les décontextualisant au maximum parce que pris au piège de la valorisation capitaliste ciblant les « catégories sociales » ; et la suffisance des jeunes néo-appellistes qui se perdent dans le-blocage-pour-le-blocage sans aucune perspective ; entre l’hyper-formalisme ineffectif « anti-sexiste/anti-raciste/anti-spéciste/anti-validiste/… » ; et l’esthétique black bloc censée à elle-seule garantir la radicalité du conflit ; nous voilà au pied du mur, coincés par l’absence même de toute intelligence stratégique de lutte au profit, encore et toujours, de la forme vide de contenu. Le « radicalisme » se fait alors marchandise et la spectacularisation de la militance qui en découle va de pair avec l’hyperbolisation de toute conflictualité (on casse une vitre, c’est l’émeute ; on casse dix vitres c’est l’insurrection) et la désagrégation finale de ce qui pouvait persister nanana »

    Je pensais que la révolution pouvait commencer, entre autres pas en traîtres, par le langage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s